COMMUNE DE RAMBURELLES
COMMUNE DE RAMBURELLES

Histoire  

de

RAMBU-RELLES

depuis
les origines

Mairie

de RAMBU-RELLES

 

Ce que vous devez savoir de notre commune.

Gîte Rural Communal de RAMBU-RELLES

 

Gîte de France accessible aux personnes à mobilité réduite, labellisé Clef verte 2016.

Inauguré en juin 2013.

 

En direct des associations de RAMBU-RELLES

Association des Anciens Elèves

Comité des Fêtes

Amicale des Sapeurs-Pompiers

Sociétés de Chasse

Histoire Locale (J'voroais qu'o m'esplique)

 

Bienvenue à RAMBURELLES !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le site de notre commune.

Faites connaissance avec notre commune

et notre équipe municipale. 

Nous sommes à votre disposition pour toute demande ou question.

N'hésitez pas à nous contacter !

Bienvenue Welcome Willkommen Bienvenida

 

HISTOIRE DE LA COMMUNE DE RAMBURELLES:

 

 

Les origines du nom "RAMBURELLES" se trouvent dans une charte de l'Evêque Garin de 1138. L'Evêque confirme au Prieuré de Dampierre au diocèse d'Amiens l'autel de RAMBURELLIS.

A cette époque, dans les actes, Ramburelles s'appelait RAMBURELLOE.

 

Les seigneurs de Ramburelles furent:

 

1270 Jean de MONCHY
1459 Gilles de FONTAINES
1492 BEAUGEOIS
1507 Jacques de FONTAINES
1538 Nicolas de FONTAINES
1574 Raoult de FONTAINES
1581 Jacques de FONTAINES
1622 Pierre de FONTAINES
1631 Nicolas de FONTAINES +Barbe de FONTAINES
1670 Charles GAILLARD
1678 Nicolas GAILLARD
1728 Suzanne GAILLARD
1742

Nicolas-Antoine de GROUCHES, marquis de Chepy

 

1752

Antoine-Jean-Etienne de GROUCHES, Marquis de Chepy

 

 

 

Les curés de Ramburelles:

 

1647-1682 HAGUET Nicolas 1805-1808 BOSQUET Théodore
1683-1701 JAIN Antoine 1838-1842 MARCHAND
1701-1743 BELLEGUISE Nicolas 1842-1856 CAUET Pierre
1743-1757 POIRRIEZ Charles 1856-1860 DUBOIS Pierre
1759-1782 SIMON Louis 1861-1871 VIGNON Alexandre
1782-1785 LEBIER 1871-1882 TOUNEUR Pierre
1786-1791 GRONIER Pierre 1884-1886 LAGNI Auguste
1802-1804 ROUSSEL Adrien 1886-1904 GAMBET Jules

 

Les instituteurs de Ramburelles:

 

1835-1844 PRINCET Jean-Baptiste 1914-1922 NIQUET René
1844-1873 FLEURY Gérard Amici 1922-1941 POIDVIN Maurice
1873-1877 GAUDUIN Xavier 1941-1950 TERNISIEN Raymond
1877-1878 PAYEN Eugène 1950-1952 MOREL Françoise
1878-1879 SENE Louis puis LEULLIOT Joseph 1952-1954 BULTEL Jean
1879-1880 LEULLIOT Joseph 1954-1964 MACQUET Pierre
1880-1884 CREPIN Anatole 1964-1979 TRATZ Adolphe
1884-1886 MONTIGNY Albert 1973-1974 MAGNIER Guilaine *
1886-1890 CARPENTIER Firmin 1974-1975 LOUBAT Gilles *
1890-1896 DUVAUCHELLE Joseph 1979-1981 QUER Gérard
1896-1914 NOËL Octave 1981- 2010 BACOUEL Jack
2010- ......... BERZIN Nicolas

* Ramburelles comptait alors 2 classes

 

 

L'école de Ramburelles vue du nord-ouest.

Les Maires de Ramburelles:
1790-1815 RIQUIER 1929-1942 COQUELIN Albert
1815-1828 DETUNCQ Jean-Baptiste 1942-1947 DUCROCQ Daniel
1828-1835 CALIPPE Théophile 1947-1953 DENEL Simon
1835-1856 DELATTRE Jean-François 1953-1956 BACOUËL Fernand
1856-1893 DELATTRE Aarthur (Aîné) 1956-1989 BACOUËL Gaston
1893-1925 DE SAINT-GERMAIN Gaëtan 1989-2008 DUBUS Michel
1925-1929 DE SAINT-GERMAIN Louis 2008-2014 BACOUËL Jack

L'HISTOIRE DE RAMBURELLES:

 

 

1066: Bataille d'Hastings. Guillaume le Conquérant bat les Anglais du roi Harold après avoir traversé la Manche avec une immense flotte et 60 000 soldats.

1117: Charte d'Amiens.
1130: Charte d'Abbeville.

1180-1223: Philippe-Auguste roi.

 

1204: Guillaume de Ramburelles, chevalier, seigneur de Ramburelles. Cette famille s'éteindra au début du XVIème siècle. Il souscrivit comme témoin l'amortissement accordé par Hugues, chevalier, sire de Pierrecourt, de biens donnés à l'Abbaye du Lieu-Dieu par Raoul de Saint-Aignan, en 1204.

1214: Bataille de Bouvines.

 

1217: Hugues de Ramburelles, chevalier, souscrit la donation de la dîme de Cambron au fief de Frieucourt, faite à l'abbaye du Lieu-Dieu pour Walon de Cambron, chevalier, en 1217.

 

En 1218, l'évêque Evrard attacha les revenus de la cure à la dignité de pénitencier. La paroisse est du doyenné d'Oisemont.

1226-1270: Saint-Louis (Louis IX) roi.

1230: Charte de Gamaches, Long et Fontaine-sur-Somme d'où nous viennent les seigneurs de Ramburelles à partir de 1410.

 

1238: Guillaume de Ramburelles, chevalier, seigneur de Ramburelles. Il donna à l'abbaye du Lieu-Dieu une rente de vingt sous parisi en mars 1234. Il amortit en mai 1243 toutes les terres que l'abbaye du Lieu-Dieu avait acquises d'Adam de Fesques à Beauchamp. Il vendit encore, en décembre 1248, à la même abbaye, une rente de deux sous et deux chapons sur une masure à Beauchamp. D'Isabelle, sa femme, il eut entre autres enfants, Jean de Ramburelles, chevalier, seigneur dudit lieu.

 

1268: Jean de Ramburelles, chevalier, seigneur de Ramburelles, amortit le 25 avril 1270, le droit de terrage sur les terres de l'abbaye de Séry à Saint-Séverin, que Jean de Watiermolins et Agnès, sa femme, avaient vendu à ladite abbaye.
1270: Saint-Louis meurt de la peste au cours de la dernière croisade.

1285-1314: Philippe IV le Bel, roi.

 

1270: Jean de Ramburelles de Monchy, Seigneur, tenait un fief de la seigneurie d'Avesnes tenue elle-même de celle de Picquigny, en janvier 1302. Il appartenait à la branche aînée. Il fut au nombre des nobles et fieffés du bailliage d'Amiens convoqués pour la guerre le 25 août 1337. Etait-ce le même que ci-dessus?
1307: Le 13 octobre, arrestation des Templiers à la Commanderie d'Oisemont qui était l'une des plus importantes de Picardie.
1327: Début du règne d'Edouard III qui allait revendiquer la couronne de France, d'où la Guerre de Cent Ans.
1328-1350: Philippe VI de Valois, roi.
1337-1453: Guerre de Cent Ans.
1345: Le 24 juin, Bataille de l'Ecluse. Ce fut un véritable désastre pour la flotte française lorsque les Flamands vinrent prêter main forte aux Anglais.

1346: Le 23 août à minuit, Edouard III qui était venu d'Airaines, quitte Oisemont et se dirige vers Vismes, puis vers le gué de Blanquetaque où il parvint le 24. Le 22 août, Girard d'Abbeville, chevalier banneret, sire de Boubers, avait rassemblé dans Oisemont un grand nombre de combattants picards et avait courageusement fait face à l'ennemi, mais il avait été vaincu et fait prisonnier. Edouard III était donc entré dans Oisemont, s'installant au Grand Hôpital. De là, il avait envoyé des éclaireurs en direction de la baie de Somme.En quittant Oisemont, il est probable qu'une partie, sinon la totalité, des troupes d'Edouard III est passée par Ramburelles.

1346: (26 août) Défaite française à Crécy. Les pertes françaises sont énormes: plusieurs milliers de morts.
1347: La peste noire tue un tiers de la population. 50 000 personnes meurent à Paris. A Amiens, les cimetières devenus trop petits doivent être agrandis.
1350: Mort de Philippe VI. Jean le Bon est sacré roi à Reims le 26 septembre.
1356: Jean le Bon est battu à Poitiers le 19 septembre et fait prisonnier.
1360: Traité de Brétigny. Le Ponthieu tombe aux mains des Anglais. En octobre, le roi Jean rentre de captivité.

1369: L'armée du duc de Lancastre traverse le Vimeu et passe à Oisemont de retour du siège d'Harfleur où il a échoué Le 29 avril, Abbeville est repris aux Anglais par Hugues de Châtillon.

 

1370: Raoul de Ramburelles, dit Brillart, écuyer était comme ses deux frères, Jean et Pierre de Ramburelles, homme-lige de la seigneurie de Bailleul, le 9 décembre 1370.

1377: Mort d'Edouard III. Le 8 juillet, le roi Richard, âgé de 11 ans est couronné.

 

1402: David de Rambures devient membre du Conseil du Roi. En 1410, il fait partie des douze chevaliers chargés de gouverner à la place du roi Charles VI devenu fou. En 1411, il est nommé Grand-Maître des Arbalétriers de France.
Il sera tué à Azincourt le 25 octobre 1415.

 

1410-1430: Marie de Ramburelles, femme de Jean de Fontaines, chevalier, conseiller et chambellan du roi, sénéchal de Saintonge et capitaine du Pont de Saintes. En l'épousant, avant 1410, elle lui apporta la terre et seigneurie de Ramburelles. Jean de Fontaines était dit aussi Guillaume 2ème ou IIIème du nom.

 

Généalogie de la Famille de Fontaines:
Jean de Ramburelles était fils de Guillaume de Fontaines, 2ème du nom, chevalier seigneur de la Neuville-au-Bois, marié à Hélène de Longueval.
L'un des frères de Guillaume, Renaud de Fontaines, chevalier, seigneur de la Neuville-au-Bois avait été fait chevalier le 31 août 1421 avant la bataille de Mons-en-Vimeu. Il battit les Anglais à la Neuville-au-Bois et fit parmi eux huit cents prisonniers.
Le père de Guillaume était Charles de Fontaines, 1er du nom. Il était marié à Jeanne de Molesme et fut tué à la bataille d'Azincourt en 1415 comme son frère Enguerrand de Fontaines. Il descendait de Jean de Fontaines, 1er du nom, époux de Jeanne de Morlenne, qui se trouvait à Bouvines en 1340 et était chevalier, chambellan de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne.
Jean descendait lui-même de Michel de Fontaines qui était chevalier, seigneur de la Neuville-au-Bois et sénéchal de Ponthieu en 1320. Il était marié à Nicolle d'Argies et était le fils de Waultier ou Gaulthier de Fontaines, seigneur le la Neuville-au-Bois et marié en 1272 à Ide de Saveuse.
Waultier était le fils d'Aléaume, 2ème du nom, dont on trouve trace dans des actes de 1231 et 1263 et qui avait pour épouse Marie Nicolle de Chastillon.
Deux de ses frères ont eu un rôle important: Pierre était confident de Saint-Louis vers 1666 et Raoul, chevalier, était mayeur d'Abbeville en 1230.
Aléaume avait pour père Hugues de Fontaines, marié à Eléonore de Bailleul en 1183 et décédé en 1238. Hugues descendait d'Aléaume de Fontaines. Ce dernier était mayeur d'Abbeville en 1185, il avait fait bâtir la Collégiale de Longpré et était parti en Terre Sainte avec Philippe Auguste et Jean II comte de Ponthieu; il est mort en 1205 en Palestine; sa femme était Lorette de Saint-Valery. Aléaume était le fils de Gaultier de Fontaines dont on trouve trace dans un acte de 1180 qui descendait lui-même de Marie Charlotte de Mailly et de Guillaume de Fontaines qui s'était croisé en 1096 et était sénéchal du Ponthieu.
Guillaume était le fils de Pierre de Fontaines qui se trouvait à la bataille d'Hastings en 1066.

*****************************************************************************************************************************

 

En 1412, on trouve dans "Les sceaux du Ponthieu": Raoul de Ramburelles, Ecuyer, seigneur de Ramburelles ("D'azur à l'écusson d'argent"): Sceau rond, de 26 mill. Ecu à un écusson en abîme chargé d'une étoile, à une bordure, et un lambel en chef sur le tout. Heaume; cimier: une tête de lévrier, sur champ festonné

Légende: R. de Ramburelles.(Quittance des gages de Robert de Bournonville, écuyer; 25 mars 1412.)

 

En 1417, le 30 août, à Beauvais, Bernard de Ramburelles, écuyer, servait dans la compagnie que Jean de Fosseux, chevalier banneret, commanda au voyage que le duc de Bourgogne fit de Flandre à Paris pour le bien du roi.
1415: Le 13 août, Henry V, avec 30 000 hommes, débarque à l'embouchure de la Seine, prend Harfleur le 22 septembre puis se dirige droit vers Abbeville. Mais comme les passages de la Somme étaient bien gardés, il remonte le fleuve jusqu'à Nesle avant d'en trouver un franchissable. De là il prend la direction de Calais. L'armée française l'attend à Azincourt, mais son manque de discipline lui vaut une défaite cinglante. David de Rambures y est tué ainsi que trois de ses fils. La résistance s'organise dans le Vimeu.
1420: Après le meurtre de Jean sans Peur à Montereau, Philippe le Bon, son héritier, s'allie aux Anglais. Henry V épouse Catherine, fille de Charles VI et un traité de paix est signé à Troyes qui livre presque toute la France aux Anglais. Le Dauphin n'était plus le maître qu'au sud de la Loire.
1421: Jacques d'Harcourt qui a abandonné le camp bourguignon se rend maître du château de Rambures. Les bourguignons assiégeant Saint-Riquier, d'Harcourt leur porte secours depuis la Normandie en passant par le gué de Blanquetaque. Mais Philippe le Bon vient à sa rencontre et la bataille se déroule au moulin de Mons-en-Vimeu le 30 août 1421. D'Harcourt est vaincu.
1422: Le château de Gamaches sert, depuis 1418 où il est aux mains de la résistance du Vimeu

1424: La place forte du Crotoy conquise, les Anglo-Bourguignons sont maîtres de toute la Picardie.

 

Le 22 octobre 1425, Jean de Ramburelles tenait à Ramburelles des terres joignant un fief que Jean Tirel avoua tenir de noble et puissante dame madame Marie de Ramburelles à cause de la seigneurie dudit lieu.

1430: Jeanne d'Arc est prise par les Bourguignons à Compiègne. Ils la vendent aux Anglais.

 

1430-1462: Gilles de Fontaines, écuyer, seigneur de la Neuville au Bois.
1431: Desmarests, homme de la troupe d'André de Rambures, s'empare du château de Rambures qui est aux mains des Anglais, et s'en sert comme base pour lancer des opérations de "guerilla" à travers tout le Vimeu. Le château de Monchaux, la plus belle forteresse de tout le comté d'Eu, tombe également entre les mains des partisans de Charles VII.

1437: Une colonne anglaise venant de Neufchâtel-en-Bray et se dirigeant vers la Somme, traverse le Vimeu, franchit le fleuve au gué de Blanquetaque et prend d'assaut le château de Labroye.Cette année-là les prix des grains sont si énormes que la famine fait des ravages redoublés par l'épidémie.

 

En 1444, Pierre de Ramburelles, chanoine de Saint-Vulfran d'Abbeville, obtint du seigneur de Ramburelles la saisine d'un fief assis à Ramburelles, près des terres de Pierre de Ramburelles (le 2 janvier).
1450 (vers): Gutenberg invente l'imprimerie.
1453: Fin de la Guerre de Cent Ans.
1461-1483: Louis XI, roi.

1460 (vers): Construction du château de Rambures.

 

En 1463, le 9 décembre, Hue de Ramburelles, écuyer, maître d'hôtel du comte de Saint-Pol, certifie qu'il a fait prendre au grenier à sel de Paris un "minot de sel, mesure de Paris" pour la provision dudit comte.

 

1462-1493: Beaugeois, son fils écuyer, épouse Michelle de Boëncourt.
1466: Le 2 mai, Charles le Téméraire, nouveau comte de Ponthieu, fait son entrée à Abbeville.
1471: Après la dénonciation par Louis XI du traité de Péronne et sa déclaration de saisie de la seigneurie du Vimeu, les Bourguignons, maîtres d'Abbeville, ravagent le Vimeu, entre Somme et Bresle. La ville de Gamaches est prise et brûlée. Le seigneur de Gamaches était à cette époque Joachim Rouault, maréchal de France.
1472: Nouvel épisode de la guerre entre la France et la Bourgogne. Charles le Téméraire ravage la Picardie. Il brûle Nesle, Airaines, Frucourt, Saint-Maxent et Gamaches est pris d'assaut le 26 juillet. Il revient ensuite vers le château de Rambures que Jacques de Rambures lui remet. Airaines, Oisemont et Le Translay sont incendiés. L'occupation bourguignonne dure jusqu'en septembre où la garnison se rend à Joachim Rouhault, seigneur de Gamaches. La peste lui vient en aide en décimant l'armée de Charles le Téméraire.
Ses soldats mourant par milliers, il se retire, fin octobre, dans les Flandres.
1475: Louis XI fait décapiter comme traître le connétable de Saint-Pol que lui a livré Charles le Téméraire.
1477: Mort du duc de Bourgogne. Louis XI met la main sur les duché et comté de Bourgogne et fait occuper les places fortes de Picardie dont Abbeville.
1483: Mort de Louis XI.
1483-1498: Règne de Charles VIII.

1492: Christophe Colomb découvre l'Amérique. (Fin du Moyen-Age)

 

1493-1550: Jacques de Fontaines, leur fils aîné, seigneur de la Neuville-au-Bois, marié à Isabelle de Matignon en 1503 puis en 1508 avec Guyonne de Belloy

1498-1515: Louis XII, roi.

 

En 1499, Jean Cornu, écuyer, demeurait à Ramburelles.

1498-1515: Louis XII, roi.

 

En 1507, les coutumes locales de Ramburelles sont rédigées.

1515-1547: François 1er, roi.

 

En 1536, le choeur de l'église est achevé de construire. Il a été commandé par Jacques de Fontaines. Il s'agit d'un choeur gothique qui se compose de trois travées droites et de trois pans coupés égaux. Il est éclairé par neuf fenêtres, toutes semblables à trois formes; les meneaux sont anciens.
Les culs de lampe de style renaissance sont ornés de feuillages et d'anges tenant des écussons nus. Sur l'un, à droite, on a sculpté après coup trois fleurs de lys mal ordonnées.

Sur le seuil du portail, une pierre tombale en grès dur, très étroite et longue, est ornée en relief méplat d'une croix à branches égales et carrées, portée sur une longue hampe cylindrique. Cette sculpture grossière semble antérieure au XIVème siècle.

 

1538: Nicolas de Fontaines, leur fils, épouse Françoise de Pas.

 

1550-1581: Raoul de Fontaines, écuyer, leur fils, seigneur de Rambehen, Forcheville et Arondel.

 

En 1550, Raoul de Fontaines, écuyer, seigneur de Ramburelles, épouse, par contrat du 16 janvier, Françoise de Bacouël.

Leur fils René de Fontaines, est représenté avec ses père et mère et ses frères Hector, Claude, Beaugeois, Nicolas et Jacques, et chacun leurs écussons, sur la vitre derrière l'autel du choeur de l'église de Ramburelles. Cette verrière a depuis lors été remplacée.

 

En 1574, trois cloches sont posées. Elles portent les inscriptions suivantes:
1) "Noble seigneur Raoult des Fontaines, seigneur de Ramburelles, Rambehen, Forcheville et Arondel; Nicolas de Fontaines l'aîné et Jacques de Fontaines, ses enfants, 1574. Nous feit Me Ancel Gourdin".
2) "Jean du Gard, écuier, seigneur de Morvillier et Fresneville et Saulsoy, conseiller du Roy notre sire, son séneschal et gouverneur de Ponthieu. Dame Jeanne de Fontaines, sa femme, et Marguerite de Fontaines, sa soeur, l'an 1574".
3) "Jacques Charles, lieutenant de Ramburelles; Pierre Caullier, menglier, Jehan Bizet, Guillo Olive et Louis Davin, tous particuliers dudit lieu de Ramburelles, en l'an MDLXXIV"

 

1581-1630 : Jacques de Fontaines, écuyer, son fils puîné qui épouse Gabrielle de La Radde

1589-1610: Henri IV de Navarre, roi.

 

En 1598, ont été inhumés dans l'église: Raoul de Fontaines, écuyer et Françoise de Bacouël, sa femme.

 

En 1605, François de Fontaines, écuyer, seigneur de Pellevert, demeurait à Ramburelles.

 

En 1605, Jacques de Fontaines, écuyer, seigneur de Ramburelles, est inhumé dans l'église.

1610-1643: Louis XIII, roi.

 

En 1618, Marguerite de Fontaines, fille de Raoul de Fontaines et de Françoise de Bacouël est inhumée dans l'église.

1624: Louis XIII fait assassiner Concini.

 

**********************************************************************************************************************************
1624: Pierre de FONTAINES, fils aîné de feu Jacques de FONTAINES et de dame Gabrielle de la RADDE, sa veuve, héritier du nom et des armes de sa maison aussi bien que des fiefs, était seigneur de la terre de RAMBURELLES et, en cette qualité jouissait de tous les droits honorifiques qui peuvent compéter au seigneur haut-justicier dans sa paroisse, même du droit de patronage et il était fondé en titre et en possession d'en jouir.
Antoine de FONTAINES, sieur de PELLEVERT, qui avait épousé en secondes noces damoiselle Hippolyte de SAINT-BLIMONT, était aussi seigneur de quelques fiefs situés en la même paroisse, tenus et mouvants du Sr. de Ramburelles, mais n'avait pas droit de haute justice ni les autres prérogatives au moyen desquelles il eut pu contester et révoquer en doute la jouissance des droits de celui-ci.
Néanmoins s'étant résolu à les faire valoir alors que le Sr de Ramburelles n'était pas moins résolu à ne souffrir aucune atteinte à ses prérogatives, le Sr. de PELLEVERT avec l'assistance de quatre de ses fils issus de ses deux mariages eut le dessein d'attenter à la vie de son seigneur et voila comment il s'y prit:
Le jour de la Pentecôte 1624, il fit poser un banc dans l'église de Ramburelles et s'y trouva le premier en compagnie de ses quatre fils, dans l'intention de susciter une querelle qui dégénérerait de telle sorte qu'il aurait sujet d'assassiner le Sr de Ramburelles comme il en avait le dessein; mais son projet ne réussit pas, car ce dernier se contenta de lui dire doucement qu'il se plaindrait de l'entreprise. M. de PELLEVERT n'insista pas et chercha un autre moyen pour mettre son projet à exécution.
Le 23 juin suivant, veille de la Saint-Jean, il fit, contre la coutume, allumer un feu au devant de son logis, en même temps qu'il y rassemblait plusieurs personnes armées avec une espèce de corps de garde. Le Sr. de Ramburelles envoya pour lui en faire plainte son propre fils, Nicolas de FONTAINES, assisté du lieutenant de justice de la seigneurie et d'un gentilhomme voisin, M. de BEZONVILLE.
Le Sr de PELLEVERT et sa troupe reçurent cette plainte tellement mal qu'à coups d'arquebuse, de pistolets et de carabines, ils tuèrent sur le champ le lieutenant de justice et M. de Bezonville; Nicolas de FONTAINES s'en tira plus heureusement puisqu'il n'eut qu'un bras de rompu; mais tout cela entraîna un tel désordre et un tel tumulte que le Sr. de PELLEVERT et un de ses fils furent à leur tour tués par leurs propres gens qui ne purent les reconnaître à cause de la fumée procédant du grand nombre de coups de feu qui furent tirés.
A la suite de cette boucherie, il y eut procès criminel et arrêt bénin qui ne porta condamnation que de quelques amendes contre le fils de M. de PELLEVERT; mais l'aîné de ceux-ci, François de FONTAINES résolut de continuer le dessein de son père et d'assassiner le Sr. de Ramburelles.
Il essaya plusieurs fois mais sans succès, notamment le vendredi saint de l'année 1625, mais enfin arriva à ses fins et en décembre 1626, Pierre de FONTAINES, frère de Nicolas, fut tué lui et son serviteur sur le grand chemin où l'attendait son agresseur, caché derrière une haie et qui tira ou fit tirer sur lui jusqu'à cinq coups de pistolet.
De ce crime, il eut plainte, décret, récolement, confrontation et enfin arrêt par contumace rendu le 19 janvier 1628, par lequel Jacques de FONTAINES, sieur de PELLEVERT, était condamné à être rompu sur la roue.
Mais il obtint pour cette peine des lettres d'abolition à cause de l'entrée faite par le roi dans la ville de La Rochelle et, comme on dirait aujourd'hui, sa peine fut, par arrêt du 1er décembre 1626, commuée par un bannissement hors du royaume pour une durée de neuf années et en quelques amendes. Le même arrêt ordonna que les fiefs que possédait Jacques de FONTAINES, tenus et mouvants de la terre et pairie de Ramburelles seraient confisqués et acquis aux héritiers de M. de RAMBURELLES pour forme de réparation, dommages et intérêts, le Sr. de PELLEVERT étant en outre condamné en tous les dépens.
Mais une surprise attendait les RAMBURELLES quand, voulant jouir des fiefs que l'arrêt leur avait concédés, ils trouvèrent qu'ils avaient été saisis réellement, ce qui les forçait à faire opposition en la Cour où les criées étaient pendantes et à demander la distraction des fiefs qui leur étaient adjugés. Un nouveau procès s'en suivit au cours duquel les PELLEVERT firent intervenir des créanciers hypothécaires comme Artus de MOREUIL, sieur de Caumesnil, gouverneur de Rue et Blaise DUVAL, marchand à Abbeville et encore d'autres créanciers, peutêtre supposés de complaisance comme Marie FLEURIE, Mathieu GILLET et Adrien GALET. Mais un arrêt du 19 juillet 1631, rendu au rapport de M. LAMOIGNIN, décida que de la saisie qui avait été faite et des criées qui avaient été poursuivies, distraction serait faite au profit des RAMBURELLES des tenus et mouvants de la seigneurie dudit lieu que l'arrêt du 1er décembre 1629 leur avait adjugés par droit de commise.
La dame de PELLEVERT ne se tint pas pour battue et imagina un autre moyen. Le 6 novembre 1633, elle obtint commission en Chancellerie, aux fins de laquelle elle fit appeler les RAMBURELLES à ce qu'il fut dit que sur les maisons et fiefs à eux adjugés par droit de commise, elle aurait son douaire coutumier, conformément à son contrat de mariage avec restitution des fruits et condamnation aux dépens. Elle soutenait, ente autres moyens, que tous les délits étant personnels, la faute de François de FONTAINES (l'assassin), fils du premier lit d'Antoine qui était survenue en 1627 ne pouvait la priver du douaire qui lui avait été concédé en 1601, par son mari qui n'avait jamais commis de félonie. La Cour mit les parties hors de cause et de procès sans dépens, dommages et intérêts.
************************************************************************************************************************************

1633: Charles de Rambures dit "le brave Rambures" meurt après avoir servi Henri IV dans les faveurs duquel il se trouvait et Louis XIII pour qui il combat à La Rochelle, à la tête de son régiment.

 

En 1648, Gabrielle de la Radde, femme de Jacques de Fontaines, est à son tour inhumée dans l'église.
? : Pierre, son fils

? : Nicolas, frère de Pierre.

 

1630-1640: Barbe de Fontaines, soeur des deux précédents, femme de Louis de Moreuil, chevalier. Elle se maria en secondes noces avec Louis Gaillard de Longjumeau, seigneur du Fayet (descendant de Michel de Gaillard, chevalier, seigneur de Longjumeau et du Fayet, pannetier ordinaire du roi, et de Souveraine d'Angoulême, sa femme, épousée en 1512, fille naturelle de Charles d'Orléans, comte d'Angoulême).

 

1640-1670: Charles Gaillard de Ramburelles leur fils aîné chevalier, seigneur de Ramburelles épousa Jeanne Lebon et vivait encore en 1670.

 

En 1664, Barbe de Fontaines est inhumée dans l'église.

 

1668: le curé est Haguet jusqu'en 1683.

 

1670-1715: Nicolas Gaillard de Ramburelles, fils aîné de Charles, chevalier, qualifié de seigneur de Ramburelles en 1678. Il vivait encore en 1713 (sentence rendue le 12 juillet 1713 au bailliage d'Amiens sur une contestation entre lui et Elisabeth de Broutelles, veuve d'Antoine Du Four, seigneur de Frettemeule.

 

Il n'a pas d'enfants et donne Ramburelles à sa soeur.

 

1696: Dans la nuit 16 au 17 mars, un incendie dévora la maison de Nicolas Doin, qui périt avec son fils au milieu des flammes qu'ils avaient affrontées pour sauver leurs meubles.

 

Ramburelles ressortissait à la prévôté de Vimeu.

 

1683: Antoine Jain, curé le remplace jusqu'à sa mort le 24 mars 1701.

 

En 1689, la nef est entièrement tombée, il n'y a plus de fonts baptismaux. Les vitres sont à "raccommoder" et il faut un tabernacle et un marchepied à l'autel.

 

En 1693, il y a 150 communiants dans la paroisse.

 

En 1698, Ramburelles comptait 220 habitants.

 

En 1701, le 24 mars, Antoine Jain, curé est inhumé dans l'église ou le cimetière.

 

1701: Nicolas Belleguise, curé remplace Antoine Jain, jusqu'à sa mort le 3 mai 1743.

 

1715-1742: Damoiselle Suzanne Gaillard de Ramburelles-Longjumeau possédait la seigneurie de Ramburelles. Elle la donne à son cousin Nicolas-Antoine de Grouches, marquis de Chepy, maréchal de camp.

 

En 1728, le 31 mai, les trois cloches de l'église sont refondues. Elles sont bénites le 6 juin et sont nommées:
1) Suzanne, par damoiselle Suzanne de Gaillard, damoiselle de Ramburelles.
2) Françoise, par damoiselle Françoise de Gaillard-Longjumeau, damoiselle du Fayet.
3) Marie, par damoiselle Marie de Gaillard-Longjumeau, damoiselle de Courcelles.

Les Gaillard-Longjumeau portaient: d'argent semé de trèfles de sinople, à deux perroquets affrontés de même, membrés et becqués de gueules; écartelé d'Angoulême qui est de France, au lambel d'argent de trois pièces, chargé de trois croissants de gueules, brisé d'une barre d'argent".

 

En 1733, une fracture apparaît au fond du chœur qu'il est urgent de réparer.

Le dénombrement des bénéfices de 1736 porte la cure à 700 livres de revenu.

 

1739: le 1er mai, sous l'administration curiale de Belleguise, furent déposées dans leurs chasses, en l'église de Ramburelles, les reliques de Saint-Fructueux et de Saint-Exupérance, martyrs, en présence des curés de Witainéglise, Rambures, Biencourt, Doudelainville, du vicaire de Villeroy et autres. Les copies des authentiques enchassés avec les reliques existent sur l'un des registres civils, ce sont:

1.lettres de N.S.P. Clément XII, du 3 juillet 1738;
2.certificat ainsi conçu: "Je soussigné Jean-Baptiste Routier, fils de feu Adrien Routier et de Marie Pourvilain, certifie qu'ayant eu le bonheur, dans mon voyage à Rome, d'obtenir de Notre Saint Père une caisse, dans laquelle sont deux ossements des précieuses reliques de St Fructueux et de St Exupérance, martyrs..., j'en ai fait présent à l'église paroissiale de de Notre-Dame de Ramburelles..."
En 1743, le 3 mai, Nicolas Belleguise, curé, doyen de chrétienté d'Oisemont, est inhumé dans l'église.

 

1743: Poiriez, curé jusqu'à sa mort le 1er décembre 1757.

 

1759: L. Simon, curé jusqu'à sa mort le 10 mars 1782. Il était précédemment curé de Biencourt.

La poutre de gloire de la nef de l'église porte l'inscription "1749".

 

1742-1751: Nicolas-Antoine de Grouches, marquis de Chepy, maréchal de camp, grand-croix de Saint-Louis.

 

1752-1789: Antoine-Jean-Etienne de Grouches, marquis de Chepy.

 

En 1757, le 1er décembre, Charles Poiriez, curé décédé à 55 ans, est inhumé dans l'église ou le cimetière.

 

En 1760, 64 feux sont dénombrés.

 

En 1782, le 10 mars, Louis Simon, curé décédé à l'âge de 74 ans, est inhumé dans le cimetière ou dans l'église.

1783: Lebret, curé.

 

1786-1791: Crosnier, curé.

 

CAHIERS DE DOLEANCES DE RAMBURELLES:

 

IMPOSITIONS: La taille, l'accessoires, la capitation, l'impôt de la corvée et les vingtièmes absorbent au moins le tiers des revenus des campaignes. Comment le peuples peut-ils jamais y subvenir ?

 

AIDES, GABELLE ET DROIT DES FERME: Point noms plus odieux aux yeux de la Nation que celui de gabelle. Le monopolle d'une troupe de fénéant, vendus à l'injustice est affreux et très préjudiciables aux intérest du souverain, et à celui de cest peuples. Les droits d'aides, enfens de la barbarie, notament le droit de gros manquant, créé depuis quinze à dix-huit ans, font d'une ann_‚_e d'abondance une année de disette et de calamité et provoque le regrest, du propriétaire sur les plantations qu'il a fait dans son patrimoine, puisque dans la circonstance actuelle, le droit l'emporte presque sur la valeurs de la chose. Personne n'ignore l'énormitée de ce droit porté à son comble, surtous dans cette province, où chaque commis se fait une loy personnelle.

 

EXTINGTIONS DES EXEMPTIONS ET PRIVILEGES: Les biens de la noblesse et du clergés ne doivent point être affranchies des impositions; mais malheureusement jusqu'alors l'oppression a triomphée de l'équittée et de la raison.

 

REUNION DES COMMUNAUTE: On ne peut pas prononcer l'inutilitée des religieux, ni par conséquent, leurs suppressions, mais leurs réunion pour les biens de l'Etat et de religion. Quarante moines sont épart dans dix maisons religieuses, dont la dotte se monte à un million. Rassembler-les dans un seul, dotter-la de soixante mille livres; neuf cent quarante mille donne du secourt à l'Etat, et cette saignée faite à propos guérira les malades, nous voulons dire qu'elle fera renêtre le bon ordre et l'esprit de la premierre institutions qui est peut-être trop souvent négligé.

 

UNITE DE L'IMPOT: Dans la crise actuelle de l'Etat, il faut que tous les enfens d'un même père lui portent un secours égal et proportionné à leurs facultés. L'agriculteurs et l'artisans, qui sont le salut de la Patrie, n'en doivent pas être seul la victime.

MILICE: Le tirage de la milice, en temps de paix comme de guerre, est pour les campaignes un fléaux allarment et dispendieux.

 

OBSERVATIONS SUR LA LEGISLATIONS: De tous temps, les plus célèbres écrivain se sonts occupées de la législations sans que les campaignes en ait jamais ressentie aucune avantage. Aujourd'huy, elles touchent à ce moment heureux où la Nations assemblée va ordonque tous les rixes que chaque paroisse aura la douleurs de voir nôtre dans son sain, y soient aussitôt totallement anéantie. Les assemblée municipalle, rev_ˆ_tue de l'autoritée du prince, prononceront sans appel sur les dispute et sotise, sur les domages et intérest et d'autre sujet de même importance, et les peuples ne seront point ruinée alors par des ciquanne injuste et ignorante.

 

OBSERVATION SUR L'ADMINISTRATIONS: Plus de la moitié de nos impots, disent les peuples, ne parviennent point dans les coffres du Roy. Ainsy, pour obvier à un abus aussi cruelle qu'injuste, que toutes nos impositions, taille, accessoires, capitation, vingtième et corvée, toujours payé et jamais exécutées, soient porté sur un même rolle, ramassé par un même officier, qui de ces mains ou de celles de toute les municipalités, ils soient directement porté à un bureau créé dans la capitalle de chaque province et que de la capitalle de chaque province ils soient égallement et directement versés dans le trésor royalle; et peut-être plus de vingt millions de faux frais seront épargnée. Voilà dit le peuple, des moyens d'économie. Jusqu'alors, les ténèbres de l'injustice ont dérobé aux yeux du souverain l'oppression et les soufrances d'un peuple qu'il chérit. Mais dans cette heureuse conjoncture, une assemblée respectables et éclairé va porter le flanbeaux de la lumière la plus pure jusqu'au tronc d'un père sensible et bienfaisant, et toutes les Nations, dans un transport de reconnoissance, s'écrira d'une voix unanime: vive le Roy et les Etats Généraux!Tous les cahier rédigée en celui-cy, le vingt-deux mars mil sept cent quatre-vingt-neuf, et avons signée.SIGNE: Bizet, Boinet, Caulier, Jean Boulanger, François Pourvillain, Antoine Douin, Buée, Boullenger, Routier fils, Detuncq, Riquier, sindic.COMPARANTS: Antoine Dabovalle, Jacques Bizet, Charles Pinguet, Jean-Baptiste Dumolin, Nicolas Bizet, Antoine Peltier, Clément Gallet, Nicolas Boulanget, Antoine Douin, François Peltier, Louis Deshait, André Pinguet, Nicolas Douin, Cosme Holville, Jean-François Rousselle, Jean Delhomelle, Pierre Boinet, François Dubois, Jean Caullier, François Pourvillain, Jean Boullanget, Jean Biset, François Magnier.DEPUTES: Jean-Baptiste Detuncq, Louis Riquier, sindic.P.S.: L'orthographe de l'époque a été entièrement respectée.

 

* Ramburelles comptait alors deux classes.
Blason de la famille De Fontaines.
L'ancienne famille de Ramburelles, connue depuis 1204, avait pour armes: d'azur à l'écusson d'argent.
(R. de Belleval, Nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu, t.II, p. 257-258).
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Mairie de Ramburelles - 58 Rue du Four - 80140 RAMBURELLES - mairie.ramburelles@laposte.net gestion du site internet : ramburelles.comm@wanadoo.fr