COMMUNE DE RAMBURELLES
COMMUNE DE RAMBURELLES

Les sites d’intérêt touristique aux alentours de Ramburelles:

Ces sites sont classés du plus proche au plus éloigné.

 

# Le château-fort de Rambures (2,5 km):

 

 

Au cœur d'un parc à l'anglaise et d'un arboretum, Rambures est un château de plaine, tout en rondeurs. C'est un bel exemple d'architecture militaire du 15e siècle.

 

Enclave française en territoire anglais, il a joué un rôle important lors de la guerre de Cent Ans. Ses fossés, ses tours rondes à mâchicoulis, ses courtines arrondies et sa tour de guet lui permirent de repousser les assauts.

 

Au 18e s., le château fort, devenu demeure de plaisance, vit son intérieur agrémenté de salles de réception avec cheminées de marbre, boiseries et mobilier picard (15e-17e s.).

 

 

# Oisemont (4,5 km):

 

Oisemont est un village situé dans le département de la Somme en région Picardie. Le village d'Oisemont appartient à l'arrondissement d’Abbeville et au canton d’Oisemont.

 

Maison du Temple d'Oisemont:

 

carte postale
entrée d'un souterrain
le moulin
L'une des plus importantes du Ponthieu, cette commanderie fut sans doute même, dans les derniers temps, le centre, le chef-lieu d'une petite baillie du Temple. Malheureusement les archives de la maison ne sont pas parvenues jusqu'à nous.
Sa fondation remonte certainement au XIIe siècle, car il est fait mention dans une donation du comte de Ponthieu, datée de l'an 1205, du précepteur, le frère Richard.
Un accord survenu, en 1284, entre l'abbaye de Saint-Valéry et la maison d'Oisemont nous apprend que les Templiers avaient acquis, puis acensé, dans les trente années qui précédèrent, des terres sur le territoire de la Neuville-au-Bois.
La maison d'Oisemont avait, en 1301, le patronage de la paroisse Saint-Martin d'Oisemont et de celle de Vaux ; le chapelain du Temple était en même temps curé de ces deux paroisses.
Dans le procès des Templiers, il est fait mention plusieurs fois de la maison d'Oisemont, ce qui prouve que cette antique demeure du Temple était alors en pleine activité.

C'est d'abord, un frère sergent du Temple, Mathieu de Tilloy, qui était entré jeune dans la milice et qui avait blanchi sous le harnois. D'après sa déposition, il avait été reçu par Hervé de Villepreux, précepteur du Temple en Ponthieu, dans la chapelle du Temple d'Oisemont, en l'an 1277 environ, et en présence d'Arnoul de Guise, frère sergent, précepteur d'Oisemont, et d'Henri de Gamaches, prêtre du Temple. Mathieu était encore à Oisemont aux environs de l'an 1285; il avait même assisté à la réception d'un certain Raoul de Fresnoy, par Philippe des Hayes, précepteur du Temple en Ponthieu. C'était au mois de janvier 1311 que Mathieu avait fait cette déposition et Raoul de Fresnoy comptait déjà parmi les victimes du Temple, car il avait été brûlé à Paris.

 

# Voie verte Longpré-Les-Corps-Saints/Oisemont:

 

Lien vers un article de l'Eclaireur (inauguration):

 

La voie Longpré Les-Corps-Saints/Oisemont

 

Contact : Mairie = 03 22 31 90 18

 

# Le moulin de Saint-Maxent (5,2 km) :

 

 

Adresse : Rue du Moulin 80140 Saint-Maxent‎

Tél : 03 22 28 50 67

 

Classé monument historique, ce moulin à vent sur pioche date de 1739, son mécanisme est intact. L’accueil a lieudans la maison du meunier où vous attend une exposition « du grain au pain ».

 

# La forêt d’Eu (15 km):

 

 

Du point de vue du poteau Sainte-Catherine on découvre le très joli paysage rural de la vallée de l'Yères, la Bonne Entente où un chêne et un hêtre semblent des jumeaux sortis de la même souche... et le village de Saint-Martin-le-Gaillard qui possède une charmante église.

 

 

Le domaine du Lieu Dieu à Beauchamps (18km) :

 

 

Les activités au Lieu Dieu (entre Gamaches et Le Tréport) se pratiquent toute l’année, sans interruption, à la demi-heure, à l’heure, à la demi-journée ou à la journée.

 

Domaine Du Lieu Dieu
80770 Beauchamps
Tél : 03.22.30.92.23

 

# La Collégiale Saint-Vulfran à Abbeville (19 km):

 

 

Sur la façade, l'architecture s’est mise au service de la sculpture qui vous offre une incomparable richesse.

 

Observez en particulier le portail central avec ses vantaux Renaissance, les sculptures y foisonnent.

 

 

Les très jolis vitraux abstraits sont l'œuvre de William Einstein.

 

 

 

# Le Musée Boucher de Perthes à Abbeville (19 km):

 

 

Jacques Boucher de Crèvecœur de Perthes est né en 1788 dans les Ardennes. Écrivain très prolifique et auteur d’essais, aussi bien que de nouvelles, romans, pièces de théâtre, discours, satires, contes, et même chansonnettes, Boucher de Perthes est surtout entré dans la postérité comme l’un des fondateurs de la préhistoire, bien qu’il ne soit venu que tardivement à l’archéologie.

 

 

Le musée (dans le beffroi) qui porte son nom lui consacre une part de ses collections.

A ne pas manquer aussi des sculptures médiévales, une œuvre de Camille Claudel et une belle Vierge à l'Enfant en argent.
Adresse : 24 r. Gontier-Patin - 80100 Abbeville
Téléphone : 03.22.24.08.49
Tarifs : 1 €
Périodes d'ouverture :

14h-18h – fermé le mardi, le 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 1er novembre, 25 décembre.

 

 

# La manufacture royale à Abbeville (19 km) :

 

 

En 1655, Josse Van Robais fondait à Abbeville, dans le faubourg Hocquet, une manufacture de draps fins. Il avait été appelé par Colbert et, dans le contrat, figurait une clause de non-concurrence qui allait bien arranger les affaires de l'industriel néerlandais... au point qu'à l'époque de son petit-fils Abraham, la manufacture employait 2 500 personnes dans une usine, édifiée entre 1709 et 1713, dont on peut encore voir la porte principale ainsi qu'un pigeonnier.

 

# Rue des Capucins à Abbeville (19 km) :

 

 

Comment vivaient les Abbevillois au 16ème siècle ?

Rendez-vous au n° 29 de la rue des Capucins et admirez la superbe maison en encorbellement.

 

# Église du St-Sépulcre à Abbeville (19 km) :

 

 

De l'édifice élevé au 15ème siècle ne demeurent que la tour du clocher, les piliers et les archivoltes de la nef, les deux collatéraux et la chapelle du Saint-Sépulcre. Au 19ème siècle, étant donné le très mauvais état de l'église, d'importants travaux de restauration sont entrepris. Le Clocher et le transept sont rebâtis en style néo-gothique en 1864. Les vitraux dus à Alfred Mannessier.

 

# Le monument La Barre à Abbeville (19 km):

 

 

Le monument La Barre est un monument laïque qui se situe à Abbeville (Somme), près de la gare, à côté du pont sur le canal de la Somme. Érigé en 1907, par souscription publique, en commémoration du martyre du chevalier de La Barre, condamné et exécuté à Abbeville, en 1766, pour ne pas avoir salué une procession religieuse. Le monument La Barre est encore aujourd'hui un point de ralliement annuel des défenseurs de la laïcité et des libres penseurs.

 

#Le moulin d’Eaucourt (20 km) :

 

Partez à la découverte du Moulin Guidon d'Eaucourt-sur-Somme qui tire son nom du fait qu'il servait de guide aux bateaux qui entraient dans les ports de la Manche.

 

Allez partager, avec le guide, un moment agréable en famille tout en découvrant les principes de fonctionnement d'un moulin à vent.
Office de Tourisme de l'Abbevillois : 03 22 24 27 92

Tarif : 3 €

 

 

# Le château d’Eu (25 km) :

 

 

À 4 kilomètres du Tréport, Eu est idéalement située, entre la mer à l'ouest et forêt à l'est. Eu, l’une des plus jolies villes de Normandie est riche en souvenirs historiques, comme en témoigne son château.

 

Il ne reste rien du château d'origine, qui vit les fiançailles puis le mariage de Guillaume le Conquérant avec sa cousine Mathilde de Flandre en 1050. La forteresse fut entièrement détruite en 1475, sur ordre de Louis XI.

 

L'actuel château, en brique et n pierre, fut fondé en 1578 par Henri de Guise et Catherine de Clèves. Il devint ensuite la propriété de la famille d'Orléans. C'est ici que fut signée l'entente cordiale qui liait la France à l'Angleterre d'une nouvelle amitié sous la monarchie de Juillet.

Dans cet esprit, Louis-Philippe, qui avait fait du château d'Eu sa résidence favorite, invita à deux reprises la reine Victoria, en 1843 et 1845. De 1874 à 1879, Viollet-le-Duc renouvela la décoration de l'édifice pour le comte de Paris, petit-fils du roi.

 

Pour la visite : renseignements au 02 35 86 44 00

 

# La maison de l’oiseau (28 km):

 

 

Ci-dessous, pic-épeiche.

 

 

Collection de 300 oiseaux naturalisés.

 

Des dioramas présentent les oiseaux de la région dans leur cadre naturel. Une hutte de chasse est reconstituée sur une mare où vivent des canards sauvages et des oies.
Une bonne occasion de s'initier à l'ornithologie.
Adresse : Carrefour du Hourdel
80230 Lanchères
Téléphone : 03 22 26 93 93

 

# La Baie de Somme (31 km):

 

 

Située à l’ouest du département de la Somme, la Baie de Somme est le plus grand estuaire du nord de la France avec près de 7 200 ha. C’est un espace exceptionnel, considéré comme l’une des plus belles baies du monde. Sa très large ouverture vers la Manche, de plus de 5 kilomètres, du nord au sud, offre, suivant les marées et les saisons, des paysages très variés où ciel, terre et mer viennent se confondre en des teintes et lumières subtiles.

 

Ses labels :
- Grand Site de France
- Club des plus belles baies du monde

- 20 000 ha Site Ramsar (Convention sur les zones humides d’importance internationale)

- 2 sites classés (Hourdel /Cap Hornu et Marquenterre)

 

Pistes cyclables et itinéraires vélo:

 

Découvrez la Somme en profitant pleinement des paysages, de la nature et de l'air pur.

Sautez sur votre vélo et en avant!
>> Les pistes cyclables :
- De Fort-Mahon-Plage à Quend-Plage,
- De Monchaux-les-Quend à Saint-Quentin-en-Tourmont « parc ornithologique du Marquenterre » ;
- De la Baie de Somme, des marais et de la digue du bassin de chasse du Crotoy au phare du Hourdel, en passant par Ponthoile, les mollières, Noyelles-sur-Mer et Saint-Valery-sur-Somme ;
- Rejoignez Abbeville par le chemin de halage.

 

7 itinéraires en Baie de Somme

 

- Circuit n°1: le Vanneau, au cœur des bas-champs de Cayeux et du hâble d'Ault, refuge des oiseaux - 28 km.


- Circuit n°2: le Gravelot, entre Cayeux-sur-Mer et Saint-Valéry-sur-Somme, entre terre et mer, depuis les bas-champs, situés sous le niveau de la mer et protégés des intrusions marines par un cordon de galets, jusqu'au port du Hourdel - 2 boucles 13 et 28 km.

 

- Circuit n°3: la Mésange, sur le plateau du Vimeu, entre vallons et bocages - 28 km.

 

- Circuit n°4: le Geai, entre bois et marais, découvrez la forêt de Crécy, ses arbres remarquables, chênes et hêtres, vieux pour certains de plus de 400 ans - 2 boucles 17 et 21 km.

 

- Circuit n°5: le Héron, au nord de l'estuaire, croisez les troupeaux de moutons de pré salé -

2 boucles 16 et 17 km.

 

- Circuit n°6: l'Avocette, entre le Crotoy et Rue, au cœur du Marquenterre, rencontrez chevaux Henson et oiseaux migrateurs - 2 boucles de 8 et 19 km.

 

- Circuit n°7: le tadorne, sur les chemins des Froises, explorez les hameaux du Marquenterre, un territoire remarquable entre baie d'Authie et Baie de Somme qui abrite le plus vaste massif dunaire du nord de l'Europe - 24 km.

 

CONSEIL PRATIQUE : garez la voiture sur l'aire autoroutière de la baie de somme (autoroute A16) et rejoignez la baie de Somme à vélo - 8 kms.

 

Randonnées pédestres en baie de Somme

 

Découvrez la Baie de Somme, membre du Club des plus belles Baies du Monde... la Baie de Somme, estuaire unique, trésor ornithologique…

L'estuaire de la Baie de Somme surprend par sa taille : environ 70 km². La Baie de Somme, c'est une quinzaine de kilomètres de profondeur sur 5 km de large, de la pointe du Hourdel au Crotoy.
Ses lumières envoûtantes ont inspiré nombre de peintres et écrivains : Delacroix, Degas, Corot mais aussi Colette, Jules Verne, Victor Hugo, Alfred Manessier et bien d'autres...

La Baie de Somme connaît 2 basses mers et 2 pleines mers par jour. 12 Heures séparent environ chaque basse mer.

 

PRUDENCE! Renseignez-vous sur les horaires de marées !

 

Découvrez la Baie de Somme à pied accompagné d'un guide nature. Passionné, il vous présentera toutes les facettes de la baie : la faune, la flore, les marées, les savoir-faire, ... Consultez les itinéraires et réservez votre guide !

 

La baie est un environnement changeant et dangereux, nous vous conseillons de traverser la baie accompagné par des professionnels :
- Promenade en baie au Crotoy
- Rando Nature à Saint-Valery-sur-Somme
- Le CPIE (Centre Permanent d'initiatives pour l'environnement) à Saint-Valery-sur-Somme.
- Sens Naturel au Crotoy
- Découvrons la Baie de Somme au Crotoy

 

Réservez en ligne votre sortie en Baie de Somme :

 

Ecole de kitesurf de la Baie de Somme (31 km) :

 

Fidèle à son objectif 1er: "Votre Réussite en toute sécurité", l'École de Kitesurf de la Baie de Somme vient d'équiper toutes ses planches du système révolutionnaire "Go Joe" d'Océan Rodéo.

 

 

En supprimant le leash de planche, il est mis fin aux risques de prendre cette dernière dans la tête lors d'une traction un peu vive à cause d'une mauvaise manipulation de l'aile toujours possible lors de l’apprentissage.

Il est également mis fin aux risques d'immersion prolongées (et donc aux risques de noyade) à cause du leash qui vous emmène et vous maintient sous l'eau en cas de traction de l'aile avec une planche à l'envers (ailerons vers le ciel).

 

Mais vous trouverez aussi pour les amateurs : Club de kayak de mer et de la Baie des phoques SAINT-VALERY-SUR-SOMME

Tél. : 03 22 60 08 44

 

Association pour la Promotion de la Voile en PicardieCAYEUX-SUR-MER 80410

Portable : 06 84 49 54 38

http://www.voile-cayeuxsurmer.fr apvp80@wanadoo.fr

 

Tarifs : - Location voile : 10,00 € / 80,00 € (location catamaran, kayak, stand up paddle)
Autre tarif : 26,00 € / 110,00 € (Cours de voile (à partir de 8 ans avec brevet natation)
Autre tarif : 50,00 € / 75,00 € (cours particulier)
Individuels :
Visites guidées : Ouvert du 6.04 au 2.11, à partir de 9h.

Cours : 9h30-12h et 13h45-16h15.

 

# Saint-Valéry-sur-Somme (39 km) :

 

 

# L’entrepôt des sels :

 

 

Construit en 1736, il excite la curiosité de nos jours par son allure massive appuyée par des contreforts. « Il était le plus grand et le plus vaste du Royaume » car il pouvait contenir 20 000 tonnes de sel en provenance de Guérande, de Brouage, de Marennes et de la Rochelle qu’il répartissait dans les greniers de Picardie, de Champagne et de Bourgogne.

Après l’abolition de la Gabelle (Taxe Royale) à la Révolution, on y stockera du charbon. La toiture est démontée en 1905. Sur sa façade, une plaque rappelle que de ce port partit en 1066 Guillaume de Normandie pour la conquête de l’Angleterre.

 

 

# Le SOMME II :

 

 

Le SOMME II surnommé « LE TONNIER » par les habitants de la Baie de Somme, fut construit en 1950 par les chantiers Auroux d’Arcachon.Il est totalement indissociable de la Baie de Somme pour laquelle il a été spécifiquement conçu.

De fait, il est fortement aplati, de corpulence trapue et d’une solidité à toute épreuve, afin de pouvoir s’échouer sans dommage et d’extraire les corps morts ensablés des balises.Cet ancien baliseur de la Baie de Somme fut classé Monument Historique, le 26 juin 2000. Embarquez donc sur le SOMME II et faites l’expérience d’une découverte authentique de la Baie de Somme et de son Canal.

 

 

La Chapelle Saint Pierre :

 

 

Élevée en 1723 par les marins de la Ferté et avec l’accord du Pape, afin de créer leur propre Paroisse vis-à-vis de la Ville Haute, cette chapelle est ornée d’un clocher qui est la réplique miniature de l’ancien clocher de l’église Saint Martin disparu en 1786 lors d’une tempête. Les matériaux traditionnels y ont été utilisés avec une alternance de silex, de briques et de calcaire taillés. Actuellement, on peut la visiter lors des expositions organisées pendant la période estivale.

 

 

Le Courtgain :

 

L’origine du mot vient de « petit salaire » et désigne le pittoresque quartier des marins, traversé par deux petites rues parallèles : la rue des Moulins et la rue des Pilotes qui se terminent non loin du Calvaire des marins et de son oratoire d’où le point de vue est superbe. Les maisons datant de la fin du 18ème et début du 19ème, serrées les unes sur les autres, construites en briques, avec des parties en torchis, au soubassement noir, et aux couleurs chatoyantes, respectent encore la tradition séculaire des marins pêcheurs qui s’embarquaient sur les « sauterelliers » pour pêcher la crevette grise. On y célèbre chaque année la fête de la mer.

 

Le Tribunal de Commerce :

 

La Juridiction remplaça à la Révolution le siège d’Amirauté. Après plusieurs délocalisations dans la ville, il fut décidé de son installation en ce lieu le 4 avril 1867, dont une allocation de 20 000 francs fut obtenue du Conseil Général par le juge Alphonse Pierru pour la construction d’un bâtiment approprié aux exigences de la justice consulaire. D’un style néo-grec, à l’image des temples grecs de l’Antiquité, il fut inauguré le 5 janvier 1870, débarrassé de toutes constructions aux alentours à cause de la circulation à sens unique de la Ferté et pour garder un libre accès aux marins, il s’en est suivi la formation d’une petite placette du nom du juge. Actuellement, lieu de concerts et terrasse de café en période estivale.

 

 

Les Quais :

 

La plupart des Quais de St Valery portent le nom de célèbres Capitaines, qui ont servi sur des navires de guerre à la Révolution ou sous Napoléon, (Lejoille, Blavet, Pérée…). Ils sont bordés par des luxueuses demeures du 19ème qui appartenaient à plus de 80 familles d’armateurs et de Capitaines de Saint Valery. Au bout du quai Jeanne d’Arc, le plus récent avec le Quai Courbet (1860), se situe la plage, nommée autrefois « les Bains de la Ville » où toute la bonne société Parisienne venait en villégiature, logeait dans les somptueuses Villas (1900), se promenait sur les pontons de bois, se changeait dans les cabines ou écoutait de la musique sur le kiosque de la Tour Harold.

 

#L’Hôpital :

 

 

D’origine fort ancienne, c’est une « maladrerie » au 12ème siècle pour recueillir les lépreux au retour des Croisades, puis il se transforme en couvent tenu par les Dominicaines, qui y construisent la chapelle en 1518. C’est enfin un hôtel-Dieu en charge par les Augustines de1650 à 1966 dont la vocation était de « recevoir, nourrir, panser, médicamenter les pauvres, malades, infirmes, vieillards et autres … ». Les bâtiments actuels datent de 1840 grâce à une aide financière, à la suite de la visite de Louis-Philippe qui s’était rendu compte de l’état de délabrement général. Actuellement l’établissement est plutôt spécialisé dans l’accueil et l’hébergement des personnes âgées.

 

DANS LA CITE MEDIEVALE :

 

Une ville aux allures Moyenâgeuses avec ses remparts, ses tours, ses portes, son château-fort, son église, ses places et ses rues étroites, pavées, encadrées par des maisons à colombages et à encorbellement datées du 15ème et 16ème pour les plus anciennes.

 

# La porte de Nevers (ou « Porte du Bas ») :

 

 

Datée du 16ème, c’est une construction haute, à pignon pointu en briques, les grés et les galets à sa base sont d’origine plus ancienne. Au-dessus de l’entrée, on peut apercevoir les deux baies qui laissaient le passage des chaînes pour remonter le pont levis. Au-dessus, subsiste un blason portant les armes du Duc de Gonzague-Nevers, surmonté de la devise « fides » qui fut longtemps celle de la Ville, en souvenir de la participation de la milice communale à la bataille de Bouvines (1214). Les fenêtres d’appartement, occupé par l’actuel presbytère, était l’ancien corps de gardes. Sous la voûte, les traces de rainures devinent le passage de la herse. A droite une poterne murée donnait accès directement sur la grève. A gauche, l’ancien cachot sert actuellement de lieu d’exposition.

 

L’église Saint Martin :

 

 

Son existence est fort ancienne (12ème), en 1475 l’église est entièrement incendiée sous l’ordre du Roi Louis XI afin que la Ville ne soit pas livrée aux Anglais. Le monument actuel date du 16ème siècle (consécration le 23 novembre 1500). D’allure élégante avec des murs en damier, alternant silex taillés et pierres, composée de 2 nefs identiques, 1 tour massive épaulée de contreforts et une toiture en flèche qui fut remplacée en 1786 par une toiture pyramidale. Elle subit quelques vandalismes, notamment pour le mobilier lors de la révolution : tableaux et chasse brûlés, cloches fondues…En 1845 est rajoutée à l’édifice une bâtisse rectangulaire en briques pour donner accès au clocher.

 

Les Tours Guillaume :

 

 

Appelée « Porte du Haut » ou « Porte Jeanne d’Arc » en souvenir de son passage en décembre 1430, c’est un des vestiges les plus anciens de la Ville. Les tours, datées du 11ème, existent déjà lors de l’escale forcée de la flotte de Guillaume de Normandie en 1066. L’ensemble était constitué de deux tours rondes massives, avec consoles et mâchicoulis, deux corps de bâtiments avec un étage et des souterrains qui servaient de corps de garde et de prisons, un pont levis disparu en 1614, et des ouvrages de défense avancés aujourd’hui disparus. L’arcade ogivale a été édifiée en 1785 et un pan de courtine subsiste encore. Sur les murs pousse en été un œillet rose appelé « l’œillet des croisades ».

 

La Tour Harold :

 

 

Tout aussi ancienne que les tours Guillaume, elle doit son nom au récit « légendaire » qu’Harold, émissaire du Roi d’Angleterre, lors d’un naufrage sur les plages du Marquenterre, fut fait prisonnier par le comte de Ponthieu et emprisonné dans cette tour en 1053. Large de 15 m et trapue, afin de résister aux assauts de la mer et aux tirs de projectiles, elle a perdu tout son parement de grès et de pierre en 1772. En 1739, la plateforme était toujours percée de quatre embrasures pour les tirs de batteries et comportait un magasin à munition. Aujourd’hui, il ne reste que le rez-de-chaussée, qui a été dégagé en1991 par un chantier de jeunes du Club du Vieux Manoir afin de la réintégrer dans la ligne des murailles de la Ville.

 

Le Château :

 

Situé sur le point culminant de la Ville, il était de composé au Moyen Age de remparts, de douves, de tours et un donjon. En 1356, les Anglais agrandissent l’enceinte avec des matériaux récupérés grâce à la démolition du cloître de l’Abbaye, et peuvent loger ainsi une garnison de 500 hommes. A la Révolution, la place forte est démantelée et remplacée par la suite par une gentilhommière du 19ème devenue propriété privée.

 

L’Herbarium :

 

 

Il est situé à l’intérieur d’une petite enceinte sur les hauteurs du rempart de la Ville, rue Brandt. C’était l’ancien jardin des sœurs religieuses de l’Hôpital, les Augustines qui cultivaient les plantes potagères, médicinales, ornementales, tinctoriales et textiles pour les besoins quotidiens de leurs services aux pauvres et aux malades. Actuellement, il se visite de mai à octobre. Des parterres de plantes aux milles vertus s’articulent autour d’un vieux pommier.

 

Elle renaît à chaque fois de ses cendres, pour devenir resplendissante sous le dernier et 26ème Abbé Nicolas d’Ellecourt (1517). Elle se composait d’un cloître long de 36 m et 22 m de large, d’une tour carrée, d’une église abbatiale avec trois nefs, un transept, un chœur avec sept chapelles en abside, dont la chapelle centrale dite de la vierge rompait la ligne circulaire pour s’avancer en éperon. Les autres bâtiments dortoirs, cuisine, bibliothèque, écurie, infirmerie étaient groupés autour du cloître et l’ensemble pouvait accueillir 200 personnes, dont 50 religieux de l’ordre des Bénédictins. Vendue comme Bien National le 22 janvier 1791, l’abbatiale est détruite afin de récupérer les matériaux de construction. Depuis, il y subsiste la maison conventuelle du 18ème, au sein d’une vaste propriété privée, délimitée par un long mur d’enceinte.

 

 

Le quartier de l’Abbaye :

 

Plus méconnu, c’est un ensemble de petites fermettes groupées autour de l’Abbaye. Construites dans la pure tradition picarde, de formes allongées et basses, avec des murs en torchis blanchis à la chaux, des soubassements en briques noires, avec peu d’ouvertures sur la rue, mis à part la « charreterie » qui y donne accès. En 1914, le quartier comptait 60 familles de maraîchers et de petits cultivateurs. Aujourd’hui on en recense trois.

 

La chapelle de Saint Valery :

 

Située sur l’un des plus beaux points de vue de la Baie, la chapelle, d’une grande ancienneté (d’architecture romane) était élevée sur le tombeau même de l’apôtre du Vimeu. Elle fut remplacée en 1878 par une nouvelle chapelle, sous l’égide de l’Abbé Caron, curé Historien de St Valery de 1872 à 1893, d’un style néo-gothique, respectant la tradition des murs en damiers, avec une alternance des calcaires et des silex taillés. Au pied de l’édifice, se trouve la fontaine miraculeuse, dite de la Fidélité, réaménagée avec soins aujourd’hui.

 

 

# Saint-Riquier (32 km)

 

L'abbaye de Saint-Riquier se trouve à Saint-Riquier dans la Somme. Fondée vers 625 par Riquier (Richarius), fils du gouverneur de la ville de Centula (actuellement Saint-Riquier), elle fut embellie par Dagobert 1er et sous l'abbé laïc Angilbert, gendre de Charlemagne. Elle fut rattachée à l'ordre bénédictin.

 

 

# Le château de Picquigny (33 km) :

 

Au cours de l’Histoire, la Picardie, terre de frontière, a fait l’objet de nombreuses invasions ennemies. De par sa proximité avec Amiens et sa position stratégique, Picquigny, dès le XIe siècle, fait partie des villes places fortes qui gardent le cours de la Somme.

 

 

La seigneurie de Picquigny est au Moyen Age l’une des principales et des plus belles du royaume, par son étendue, ses domaines, ses droits singuliers et le nombre de ses vassaux.

Ce village, situé au nord-ouest d’Amiens, possède encore aujourd’hui un certain cachet moyenâgeux, avec quelques maisons typiques de l’époque, et de larges et grands escaliers de pierres en grès qui vous mèneront jusqu’à la somptueuse collégiale et aux vestiges de l’important château.

Classé Monument Historique, le château date du XIe siècle et fut la propriété des Seigneurs de la ville, Vidames d’Amiens jusqu’au XVIIIe siècle. Il fut reconstruit au XIVe siècle et complété aux XVIe et XVIIe siècles. Aujourd’hui, on peut encore y admirer la cuisine, les caves et la prison.

 

# Cayeux-sur-Mer (37 km) :

 

 

Les Cayolais sont extrêmement attachés à leur Chapelle des Marins ; en effet cette dernière symbolise parfaitement le riche passé maritime de ce quartier ou jusqu’à la fin des années 1940 les pécheurs débarquaient directement leurs poissons sur la grève. Dédiée à Notre Dame de la mer, elle fut construite près du rivage de galets à la fin des années 1850.

 

 

# Le phare de Brighton :

 

Le phare de Cayeux, situé dans le village de Brighton-les-Pins, mesure 31,85 mètres de haut. Mis en service en 1951, il remplace l'ancien édifice détruit par les allemands en Août 1944.

 

 

C'est une tour cylindrique en béton armé et briques.

Son feu, émis par une lampe aux halogénures métalliques de 250 W, est rouge à éclats réguliers 5s. Sa portée est de 19 milles (environ 35 km).

 

 

# L'archéosite SAMARA à La Chaussée-Tirancourt (34 km) :

 

 

Le Parc de Samara situé à La Chaussée-Tirancourt dans la Somme, en Picardie à une quinzaine kilomètres à l'ouest d'Amiens, est à la fois un parc de loisirs traitant de la Préhistoire, de la Protohistoire et de la période gallo-romaine, c'est-à-dire, un archéosite, et un parc paysager et botanique.

 

Le parc permet de parcourir un vaste site naturel et paysager à travers plus de 600 000 ans d'histoire, via des reconstitutions d'habitats (tente magdalénienne, maisons néolithiques, des âges du bronze et du fer, …) et des démonstrations par des artisans concernant la taille de silex, la poterie, le tissage, la vannerie, le travail de la pierre, du bois, du bronze, du fer et de la mosaïque, etc.

 

 

Il permet également de découvrir différents espaces "naturels": arboretum, jardin botanique, marais, larris...

 

Le pavillon des expositions, à l'architecture en coupoles représentant le plan symbolique d'un corps humain, propose des expositions et des scènes de vie reconstituées des différentes périodes de la Préhistoire à la période gallo-romaine.

 

Fabrication de flèches

 

Réservez en ligne :
Parc de Samara
Route de Saint sauveur
80310 La Chaussée Tirancourt
Tél. : 03.22.51.82.83

Fax : 03.22.82.51.21

 

Taille du silex

 

 

# Les muches de Domqueur (38 km) :

 

Le département de la Somme, abrite plus d’une centaine de villages souterrains insolites, avec de véritables rues et habitats, situés en majorité à l’ouest et au nord d’Amiens. Pour comprendre l’existence de ces souterrains appelés muches (terme picard signifiant cachettes), il faut remonter loin dans l’histoire de la Picardie.

 

Tarifs et horaires
vJuillet et août :

samedi, dimanche, mardi et jeudi à de 15h à 18h.Le Crotoy est une petite ville située dans le département de la Somme de la région de la Picardie. La ville du Crotoy appartient à l'arrondissement d’Abbeville et au canton de Rue.

 

jours fériés : de 15h à 18h

Horaires de visite : de 15h à 16h, de 16h à 17h et de 17h à 18h.
Durée de la visite : 1h
Gratuit moins de 6 ans - Adulte : 5 € - Enfant (-12 ans) : 3,50 €

Association Loi de 1901

 

Adresse : 4 place de l'église 80620 Domqueur

Tel : 03 22 28 09 17

 

Après la visite des Muches, ne manquez surtout pas la visite commentée par votre guide de la maison des muches, une vieille maison décorée et meublée comme une maison picarde des années 1930. Vous aurez aussi l'occasion de contempler différents outils de l'époque et deux personnages en habits qui représentent une partie du patrimoine picard.

 

# Le Crotoy (41 km):

 

 

L'altitude du Crotoy est de 5 mètres environ. Les villes et villages proches de Le Crotoy, à vol d'oiseau, sont : Saint-Valery-sur-Somme à 3.46 km, Favières à 3.68 km, Ponthoile à 6.12 km, Estrébœuf à 6.44 km, Noyelles-sur-Mer à 6.82 km.

 

Les habitants de Le Crotoy se nomment les Crotellois et les Crotelloises.

 

Jules Verne a séjourné 5 années au Crotoy dans une belle villa située aujourd’hui au n°9 de la rue Jules Verne.

 

# Crécy-en-Ponthieu (41 km):

 

Avec ses 4 322 ha, la forêt domaniale de Crécy constitue le principal massif forestier du département. Le hêtre et le chêne sont les principales essences de cette forêt.
Carte de la forêt de Crécy (en vente dans les OT-SI locaux et les librairies) avec ses 20 arbres remarquables, ses 8 promenades balisées, ses 47 km d'allées cavalières autorisées, et les autres aménagements.

Parcours permanent de course d'orientation "Clairière du Muguet" (45 balises fixes) : autorisation d'accès et carte disponibles sur réservation à la Maison Forestière de Beauvoir à Forest-l'Abbaye

Parcours ludo-sportif (18 ateliers) autour de l'aire de pique-nique.

 

Visite libre toute l'année (attention aux jours de chasse).
Visites guidées : Pas de visite guidée pour individuels.
Visite guidée pour groupe sur réservation.
80150 CRECY-EN-PONTHIEU
Tél. : 03 22 28 31 62
Fax : 03 22 28 31 62

Email : otcrecy80@orange.fr

 

 

# Rue (42 km)

 

Musée de l'aviation Frères Caudron à RUE :

 

Ce musée, installé dans les locaux de l'Office du Tourisme de Rue, évoque la vie des frères Caudron, pionniers de l'aviation en Picardie. Se passionnant très tôt pour les essais des frères Wright, ils décident de les imiter et commencent à construire leurs avions après des essais réalisés en 1909. Rapidement, leur production connait le succès et ils équipent l'armée française de leurs biplans... Ce musée regroupe de nombreux documents personnels, bronzes, trophées, maquettes. Ils permettent de retracer cette fantastique aventure industrielle. Lors de cette visite, la guide évoque l'évolution de l'aviation à travers la présentation des modèles d'avions Caudron de 1909 à 1939. Le rôle de l'aviation d'observation durant la première Guerre Mondiale est également abordé. Le Musée est ouvert toute l'année aux individuels et sur RDV pour les groupes et les scolaires.

 

Prendre contact auprès de l'Office du Tourisme de Rue :

03 22 25 69 94

 

 

Le Musée des Frères CAUDRON est ouvert toute l'année :

le lundi de 14H à 18H
du mardi au samedi de 9H30 à 12H30 et de 14H à 18H
En juillet et en août, dimanches et jours fériés, de 9H30 à 12H30.

 

Adresse et contact :

Office de Tourisme de RUE
10 PLACE ANATOLE GOSSELIN
80120 RUE
Mail : officedutourisme.rue80@wanadoo.fr

 

Beffroi de RUE :

 

Inscrit à l'Unesco, le Beffroi est accessible uniquement en visite guidée. Par un escalier à vis de 75 marches, accédez au chemin de ronde pour découvrir de vastes paysages. Découverte de la salle des échevins et de la maquette de l'ancienne ville fortifiée, puis de la salle des gardes. Jumelles conseillées.
Adresse : Place du Général Leclerc - 80120 RUE
Téléphone filaire : 03 22 25 69 94

 

 

# Cathédrale Notre-Dame à Amiens (45 km):

 

 

Commencée par Robert de Luzarches en 1220, la cathédrale fut achevée rapidement ce qui explique la remarquable homogénéité de cet ensemble exceptionnel, plus vaste édifice gothique édifié en France, et aujourd'hui classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. La superbe façade, avec ses trois portails et ses deux galeries dont celle supportant les effigies colossales des rois s'habille de lumières, en décembre et de juin à septembre, grâce au créateur Skertzo, et prend dès lors un aspect féerique. Il faudrait pouvoir prendre le temps de détailler l'intérieur somptueux, avec ses vitraux et surtout ses exceptionnelles stalles flamboyantes de chêne sculpté qui, à elles seules, justifient largement votre voyage à Amiens : songez que 4 000 figures, sculptées entre 1508 et 1519 par les maîtres huchier A. Boulin, A. Avernier et A. de Heudenbourg y évoquent rien moins que la Genèse et l'Exode, la vie de la Vierge et, de façon plus profane, des aspects de la vie amiénoise du temps. Véritable livre de bois auquel il faudra bien pourtant s'arracher pour découvrir les groupes de pierre polychromée évoquant la vie de saint Firmin.

 

Adresse : pl. Notre-Dame - 80000 Amiens
Téléphone : 03 22 71 60 50

Tarifs : gratuit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

# Musée de l'Hôtel de Berny à Amiens (45 km) :

 

Ce très bel hôtel de style Louis XIII, avec son appareillage de briques roses à chaînage de pierre, abrite le Musée d'Art local et d'Histoire régionale d'Amiens.

 

Adresse : 36 r. Victor-Hugo F - 80000 Amiens
Téléphone : 03 22 97 14 00
Email:musees-amiens@amiens-metropole.com

# Les hortillonnages à Amiens (45 km) :

 

Cultivés depuis le Moyen Age par les hortillons, ces jardins «flottants», auxquels on accède exclusivement en bateau, sont enserrés par les bras de la Somme et de l'Avre et s'étendent sur 300 ha, sur les communes de Rivery, Camon, Longueau et Amiens. Les parcelles de terre sont entrecoupées de canaux, «rieux», navigables en barques à fond plat nommées «à cornets». Celles-ci sont caractérisées par leur avant incliné dans le but de faciliter l'accostage sans détériorer les berges. Elles servaient autrefois au transport de légumes. Lors des visites, organisées les après-midis d'avril à octobre, découverte de la faune et la flore selon la saison. Au bureau d'accueil, présentation vidéo du site.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

# Le Beffroi d'Amiens (45 km):

 

Le beffroi d'Amiens est un beffroi situé place au Fil, dans le centre-ville d'Amiens. Il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis le 7 août 1926 puis au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre de Beffrois de Belgique et de France depuis 2005.

 

Il se compose d'une base carrée (datant du 15e s.) et d'un clocher (18e s.) que surmonte un dôme.

 

# Logis du Roi et Maison du Sagittaire à Amiens (45 km) :

 

 

Le Logis du Roi (1565) dont la porte en accolade s'orne d'une Vierge à la Rose, est le siège des Rosati picards qui ont pour fière devise : «Tradition, Art et Littérature».

 

On l'appelle aussi le "Logis des 3 cailloux".
Louis XIII y a séjourné en 1740 pendant le siège d'Arras. Louis XIV et Anne d'Autriche sa mère y séjournèrent quant à eux pendant la fronde.
Ce bâtiment fut ensuite utilisé comme bains douches, comme salle de concert.
La maison du sagittaire fut ajoutée par la suite avec une façade très travaillée représentant les signes du zodiaque.
La Maison du Sagittaire date de 1592, son propriétaire Jean Bultel était un riche marchand drapier.
La décoration de la façade de l'époque Renaissance se réfère à un symbolisme très ésotérique.
Son nom lui vient de deux petits sagittaires qui lancent leurs flèches de part et d'autre de la façade.

Adresse : Place Aguesseau ou square Jules Bocquet - 80000 Amiens.

 

 

# Quartier St-Leu à Amiens (45 km) :

 

Avec ses maisons de bois, ses restaurants, ses estaminets, ce quartier traversé par plusieurs bras de la Somme, plonge le promeneur dans une atmosphère à la fois vivante et nostalgique. C'est l'endroit idéal pour flâner le long des rues bordées de petites maisons colorées, à colombages ou à ossature de bois.

 

# Galerie du vitrail à Amiens (45 km) :

 

 

Un maître verrier que l'on peut voir au travail présente sa collection de vitraux dont le plus ancien date du 13e s. Vérifiez que cette galerie est toujours ouverte, il est possible qu'elle n'existe plus!

 

Adresse : 40 r. Victor-Hugo F - 80000 Amiens
Téléphone : 03 22 91 81 18
Tarifs : 6 € (-11 ans 3 €)

Périodes d'ouverture : 15h - fermé dimanches et jours fériés.

# Maison de Jules Verne à Amiens (45 km): 

 

 

Bien que Nantais, Jules Verne (1828-1905) passa une bonne partie de sa vie à Amiens où il écrivit ses Voyages extraordinaires et fut même conseiller municipal. Ce centre, établi dans la demeure où il vivait, rassemble une masse considérable de documents sur la vie et l'œuvre de l'écrivain.

 

Adresse : 2 rue Charles-Dubois - 80000 Amiens
Téléphone : 03 22 45 45 75

Tarifs : 7 € (-18 ans 3,50 €)

 

Périodes d'ouverture :
de mi-avril à mi-octobre : 10h-12h30, 14h-18h30,
week-end : 11h-18h30, mar. 14h-18h30 ;
reste de l'année : tous les jours sauf mardi
10h-12h30, 14h-18h, week-end 14h-18h

fermé 1er janvier, 1er Mai, 25 décembre.

 

# Musée de Picardie à Amiens (45 km):

 

 

Construit entre 1855 et 1867, il a été conçu pour recevoir les antiquités et les vestiges de la région. Évocation de l'antique Samarobriva, objets d'art médiéval, peintures des écoles européennes, chefs-d’œuvre de la confrérie du Puy Notre-Dame d'Amiens qui, fondée en 1389, offrait chaque année à la cathédrale un tableau votif sur le thème du palinod, refrain à la gloire de la Vierge faisant jeu de mot avec le donateur. Vous n'en verrez nulle part ailleurs !

 

Adresse : 48 r. de la République F - 80000 Amiens
Téléphone : 03 22 97 14 00
Tarifs : 5 € (-26 ans gratuit)
Périodes d'ouverture :
10h-12h, 14h-18h,
jeu. 10h-12h, 14h-21h,
merc. 10h-18h,
dim. 14h-19h

fermé lundi, 1er janvier, 1er et 8 Mai, 14 juillet, 15 août, 11 novembre, 25 décembre.

 

# Cirque Jules Verne à Amiens (45 km) :

 

 

Construit par l'architecte Émile Ricquier, sur le modèle du cirque des Champs-Élysées de Paris, dû à Émile Hittorff, il fut inauguré en juin 1889 par un conseiller municipal de choix, Jules Verne.

 

Adresse : Place Longueville - 80000 Amiens
Tarifs : 6 € (-12 ans 3,50 €)
Périodes d'ouverture :
4ème lundi du mois à 12h30

(sous réserve de modification, se renseigner)

 

Comment nous joindre

MAIRIE DE RAMBURELLES
58 RUE DU FOUR

80140 RAMBURELLES

Téléphone : +33 3 22 24 77 16

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre COMMUNE.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Mairie de Ramburelles - 58 Rue du Four - 80140 RAMBURELLES - mairie.ramburelles@laposte.net gestion du site internet : ramburelles.comm@wanadoo.fr